Mars-Avril 2015

Une troisième rencontre déterminante pour les travaux à venir

Le 11 mars dernier s’est tenu à Montmagny la troisième rencontre de la Table de concertation régionale du sud de l’estuaire moyen. Depuis sa création, le Conseil du Saint-Laurent a franchi plusieurs étapes importantes afin de préciser les préoccupations des acteurs de l’eau en lien avec la gestion intégrée du Saint-Laurent. En voici un bref résumé:

  • Inauguration en mai 2014 au Musée maritime du Québec à L’Islet.
  • Élection des membres (par résolution ou par collège électoral) – voir répartition des membres ici >>>.
  • 1ère rencontre d’information en septembre pour présenter le mandat et le travail à réaliser d’ici 2018.
  • 2ième rencontre de travail en décembre 2014 pour déterminer les principales préoccupations du Conseil du Saint-Laurent. De cette rencontre est ressorti 93 préoccupations!
  • Regroupement de ces énoncés (préoccupations) en sept grandes thématiques:
    • Occupation du territoire et détérioration des rives
    • Qualité de l’eau
    • Accessibilité au Saint-Laurent
    • Milieu naturel et biodiversité
    • Usages et conflits d’usages
    • Perte d’activités traditionnelles
    • Lacune dans les connaissances
  • Exercice de priorisation des 93 préoccupations par consultation électronique afin de déterminer les enjeux prioritaires sur lesquels développer un plan d’action pour le sud de l’estuaire moyen. De grandes tendances se sont clairement dégagées!
  • 3ième rencontre de travail du 11 mars dernier à Montmagny pour valider les résultats de l’exercice de priorisation et identifier les groupes de travail qui seront formés dès cette année pour développer les fiches d’actions associées aux préoccupations jugées prioritaires. Ces fiches feront partie intégrante du Plan de gestion intégré régionale (PGIR) à produire d’ici 2018.

Voici donc les groupes de travail qui seront formés au cours de la prochaine année:

  • Érosion côtière (structure de protection inadéquate, accélération du processus d’érosion, aboiteaux, etc.)
  • Qualité de l’eau (structures sanitaires inadéquates, déchets solides, pollution, etc.)
  • Marinas (envasement des marinas, détérioration des quais, système de rétention des eaux usées pour les embarcations, etc.)
  • Activités industrielles (conflits d’usages entre faune et activités, transport maritime, oléoduc, etc.)
  • Accès au Saint-Laurent (manque d’accès publics, privatisation des berges, mauvaise signalisation, etc.)
  • Biodiversité marine (précarité du béluga, perte de biodiversité marine, espèces envahissantes, etc.)
  • Plantes envahissantes (présence accrue de plantes envahissantes sur le territoire)
  • Activités de pêche (diminution majeures des activités de pêche, diminution de la ressource, etc.)
  • Biodiversité côtière (conflits d’usages, dérangement de la faune aviaire, etc.)
  • Manque de connaissances globales (lacune dans les connaissances sur le Saint-Laurent en général)

Plus de détails sur le fonctionnement et la composition de ces groupes de travail vous seront transmis ultérieurement.

Le forum annuel se prépare

Les rencontres officielles du Conseil du Saint-Laurent sont réservées aux membres élus, à leurs substituts ou encore à des gens invités. Toutefois, puisque le Conseil du Saint-Laurent se veut un lieu d’échange et de concertation, un forum ouvert à tous les acteurs de l’eau de son territoire sera organisé annuellement. Y seront présentés diverses conférences d’intérêt pour les communautés côtières ainsi que l’avancement des travaux et le plan d’action pour l’année à venir de la TCR. Cet événement sera également l’occasion de valider certaines décisions prises par la TCR de manière à ce qu’elles reflètent la vision globale des acteurs de l’eau du territoire. Ce sera donc une opportunité à ne pas manquer pour venir discuter de vos préoccupations en lien avec le Saint-Laurent. En 2015, le forum se tiendra le 18 juin prochain à l’Auberge de la Pointe de Rivière-du-Loup. C’est un rendez-vous! La programmation préliminaire ainsi que le  formulaire d’inscription seront disponibles sous peu. Faites vites car les places sont limitées!

Les plantes exotiques envahissantes

Les plantes exotiques envahissantes sont de plus en plus présentes sur le territoire côtier des MRC de Montmagny, L’Islet, Kamouraska et Rivière-du-Loup. Alors que leur présence était autrefois davantage associée au sud du Québec, il est possible aujourd’hui de dire que cette époque est révolue. En effet, leur prolifération rapide a désormais atteint l’est du Québec et affecte des territoires autrefois vierges de leur présence. Les rives des cours d’eau, dont le Saint-Laurent, et les routes principales semblent être leurs principaux couloirs de transmission.

Que sont les plantes exotiques envahissantes? >>>
Quels sont leurs impacts sur l’économie, l’environnement et la société? >>>

Sur le territoire du Conseil du Saint-Laurent, la problématique des plantes exotiques envahissantes est prise au sérieux. Un groupe de travail a ainsi été formé à l’automne 2014. Piloté par la MRC de Kamouraska et par l’Organisme de bassin versant de Kamouraska, L’Islet et Rivière-du-Loup (OBAKIR), ce groupe de travail a pour mission de rassembler des gens préoccupés par la prolifération de ces plantes et d’assurer le transfert de connaissances, la concertation et la recherche de solutions appliquées pour lutter efficacement contre leur présence.

Pour minimiser les risques de prolifération et limiter leur envahissement, une solution reconnue est l’éducation et la sensibilisation. À cet effet, de nombreuses organisations se sont attelées à la tâche pour développer des outils efficaces de sensibilisation de la population. En voici quelques exemples:

Ville de Lévis >>>
Comité ZIP Jacques Cartier >>>
Groupe de recherche Phragmites de l’Université Laval >>>

Le Ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques (MDDELCC) a mis sur pied une application pour téléphones intelligents. SENTINELLE est un outil de détection des espèces exotiques envahissantes permettant de faire et de consulter les signalements des plantes et des animaux exotiques envahissants les plus préoccupants. Tous sont invités à y participer afin de mieux connaître la répartition actuelle des envahisseurs et de constater leur évolution à travers le temps.

Les hydrocarbures et le Saint-Laurent

Saviez-vous que Transports Canada a créé pour la région du Québec un Conseil consultatif régional sur les déversements d’hydrocarbures en milieu marin? Il en existe un total de 6 au Canada. Chacun est composé d’un maximum de 7 membres représentant les divers secteurs touchés par la réglementation. Sachez qu’une fois l’an, ce Conseil organise une rencontre ouverte au public et que la prochaine rencontre aura lieu à Québec le 9 avril prochain. Les sujets abordés lors de cette rencontre seront :

  • Le système de sécurité de classe mondiale pour les navires-citernes
  • Le bilan des activités et la mise à jour sur les récents déversements
  • La préparation du gouvernement du Québec face aux sinistres majeurs
  • Les rôles et responsabilités d’Urgences environnement du MDDELCC en cas de déversement
  • La stratégie maritime

Pour plus d’information, contactez Hélène Lévesque de Transports Canada – helene.levesque@tc.gc.ca